• Acotés

  • 14.12.12

    documentaire matière noire, Arte 13.12.12.

    Par rapport à ma réflexion sur la dualité gravitation/électromagnétisme je rapporte ici les phénomènes astronomiques qui ne s'expliquent pas par la théorie physique en cours. Ce documentaire rapporte 3 faits pour la matière noire et 1 fait pour l'énergie noire.

    • Plus les planètes sont loin du soleil plus leur vitesse ralentie (Newton). Mais les étoiles de la galaxie Andromède ont toujours la même vitesse quelque soit la distance par rapport au centre de la galaxie ( Vera Rubin années 1970).
    • La loupe gravitationnelle pour l'étoile Abell 370 ne peut être expliquée que par la présence d'une masse énorme devant cette étoile ( Y. Mellier 1996).
    • La répartition des galaxies ne peut s'expliquer que par la matière noire: mesure du fond diffus de l'univers par la sonde WMAP avec D.Spergel (2001) et simulation par calculs numériques ( Bolshoi ).
    • D'après la théorie physique en cours l'expansion de l'univers devrait ralentir, hors elle s'accélère. On explique ce fait par l'énergie noire, Saul Perlmutter

    L'univers serait composé de 72% d'énergie noire, de 23% de matière noire et de 5% de la mtière ordinaire observable. La matière est invisible. 4 expériences essayent de la dédecter par ses effets indirects ( image de l'homme invisible qui boit du café dans une tasse qu'on voit ) :

    • LHC ( 10millards €): expérience CMS (daniel Denegri), expérience Atlas ( Bruno Massoulié); recréer les particules de matière noire.
    • Germanium : Gilles gerbier edelweiss-experiment
    • Xenon: Elena aprile xenon-100 experiment
    • AMS (2 millards € dans ISS valant 100 milliards € ): détection du produit de la collision de 2 particules de matière noire.

    04.05.13

    Chiralité, quantique et gravitation

       [ Le 1er titre de cette note est : "Repensons l'article sur la chiralité prébiotique". Cette réflexion a été motivée par l'inquiétude que les mouvements extrêmement rapides des PLDs dans la membrane ne soient en contradiction avec l’hypothèse de l'article. Ces mouvements ont été anotés dans la discussion de wikipédia de l'article  au chapitre "Le mouvement rotatoire d'un phospholipide dans la membrane". En faite cette note débouche sur les forces fondamentales. ]
        Repenser et non analyser ou critiquer ou réfléchir, car c'est tout cela que nous allons faire dans ce qui suit, pour tenir compte de la réflexion sur les nano-technologies liquides. En effet le problème qui se pose, ce n'est pas le concept de tourner dans le sens des aiguilles d'une montre, qui reste du domaine de notre vision macroscopique ( qui ne peut être qu'ainsi ), mais c'est plutôt d'appliquer les lois de la quantique pour passer du quantique au mésoscopique puis au macroscopique. J'allais d'ailleurs intituler cette note " chiralité, quantique et gravitation", pour tenir en compte la gravitation. Car dans l'étude du liposome nous avons là, réunis et en interaction , électromagnétisme et gravitation. Situation qu'on ne retrouve pas dans la recherche de l'unification des 4 forces fondamentales.
       Dans l'étude de la mécanique ( relativiste ou classique ) et dans celle de l'électromagnétisme de Maxwell tout est pensé avec le concept de point ( "matériel" ). Dans la théorie quantique c'est le concept d'état qui prévaut. Mais c'est un état en général indépendant de son voisinage, puisqu'on est à l'échelle du nanoscopique. En général on ne tient pas compte de la pression hydrostatique ( gravitation ) et l'on passe de l'état d'un individu ( atome ou molécule ) à l'état d'un nombre très grand ( infini ) de ces individus par intégration. On prend en général en compte la température et rarement la pression hydrostatique. Dans les calculs astronomiques on prend en effet en compte la gravitation.  ( pression hydrostatique ) mais dans le concept de point et non d'état. Aussi en astronomie on met côte à côte les 2 concepts!

    18.05.13 Paris

    La pression hydrostatique

       La pression hydrostatique se traduit par une distance entre molécules ou atomes. Cette distance est d'autant plus courte que la pression est grande. Comme il y a échange de photons entre ces entités, cette distance peut représenter une longueur d'onde d'un photon de répulsion. Et donc la pression hydrostatique représentant la gravitation, celle-ci est représentée par des photons de répulsion. Plus la distance est grande plus la gravitation est faible. Des photons de répulsion de grande longueur d'onde sont donc de faible énergie. L'éther du 19ème siècle serait donc ces ondes infinies ( photons à grande longueur d'onde ) et les photons énergétiques seraient produits par gravitation: plus la distance est courte entre molécules et atomes plus la pression hydrostatique est grande et plus les photons de répulsion seraient énergétiques et, dans les trous noirs ou dans les étoiles massives, ils peuvent se combiner pour former protons, neutrons, et électrons ( en passant par toutes sortes de particules de la théorie standard ). 
        La physique du point matériel concerne ce groupement d'atomes assujetti à la pression hydrostatique.

    15.01.14

    La chiralité L

    En essayant de retrouver le lien entre une aaRS (tRNA ligase) et l'aa qu'elle lie au tRNA je suis arrivé à la conclusion que ce ne sont pas les radicaux des aa qui sont les plus importants mais les liaisons hydrogènes établies entre les O et N du squelette. Les hélices alpha et les beta strands créés grâce à ces les liaisons hydrogènes produisent des dipôles électriques qui excitent un électron d'un aa (sur le squelette ou un radical) qui ne se trouve pas dans ces structures ( mais à leurs extrémités, dans des alpha ou beta de qq aas, 3 ou 4, et dans les turns et les parties linéaires), comme s'il était dans une pointe électrique.

    Or ces structures sont dûes à l'homochiralité des aa et dont la chiralité est L. J'ai démontré dans "chiralité prébiotique" que celle-ci est dûe à la necessité des phospholipides de tourner dans le sens qui les maintienne incorporés dans le liposome. Ces PLD ayant une tête hydrophile zwitterionique comme les aas et comme ceux-ci peuvent se trouver aussi dans cette tête (Sérine), PLDs et aas peuvent s'enchainer mais surtout  les aas doivent tourner aussi dans le même sens que les PLDs ce qui a entrainé que les aas doivent avoir une chiralité L.

    Si on réduit les propriétés d'un aa à un seul comportement physisque, c'est cette rotation qui permet à la matière de rester ensemble. Une autre propriété qui permet de rapprocher la matière c'est l'appariement, propriété qui nécessite 2 partenaires: cette propriété est supportée par l'électro-magnétisme et que l'on retrouve dans les liaisons hydrogènes.

    Cette réflexion m'a fait fait penser aux forces fondamentales que j'ai traité en 2012 ci-dessus. Du coup que serait la propriété physique,analogue à la rotation des aas et qui représenterait la force nucléaire? C'est la vibration, une boule (une sphère) qui se contracte et se décontracte, c'est le noyau ou l'atome ou un astre....

    Comment peut-on alors appréhender, dans le même esprit d'idées, la gravitation? C'est la propriété d'assembler toute la matière ou plutôt, pour se mettre à la place de la matière même, c'est s'assembler. Alors que dans le cas des liaisons hydrogènes on a besoin de 2 partenaires, ici c'est toute la matière elle-même.

    Pour synthétiser:

    Vibrer: le soi, la force nucléaire

    Tourner: pour se rapprocher des autres, et serait la force faible

    S'apparier: l'union de 2 entités, la force électromagnétique

    S'assembler: rapprochement de toute la matière, c'est la gravitation.

     

     


    votre commentaire
  • Diplôme d'études approfondies en génétique fondamentale UPMC 1973, recherche de 1974 à 1978 à Orsay université Paris-Sud sous la direction du professeur Jean-Luc Rossignol décédé en janvier 2016.

    Mes professeurs en maîtrise de biochimie de 1972

    Mes professeurs en DEA, diplôme d'étude approfondie de génétique, 1973.

    Mes camarades de Paris 6

    • Michel Cassan, e-mail, Michel.Cassan@cgm.cnrs-gif.fr; Centre de Génétique Moléculaire, Bâtiment 26, Avenue de la Terrasse, Gif sur Yvette, France (2001). D'après Rsearchgate
    • Jean-Pierre Rousset, e-mail, rousset@igmors.u-psud.fr; Institut de Génétique et Microbiologie, Bâtiment 400, Université Paris-Sud, France (2001). D'après Rsearchgate.  Directeur de l'IGM    2019,  professeur émérite Linkedin
    • Olivier Fayet

     

    Publication 1976:

    Mekki-Berrada A, Rossignol JL, Paquette N.   High frequency reversion of a spontaneous mutant in Ascobolus immersus.  C R Acad Sci Hebd Seances Acad Sci D. 1976 Oct 11;283(8):971-4.    Haute fréquence de réversion d'un mutant spontané chez Ascobolus immersus. 

    Participation aux 2 publications suivantes (publiées en mon absence, je suppose avec, en partie, les résultats que j'ai fourni au laboratoire):

    Hamza H, Haedens V, Mekki-Berrada A, Rossignol JL.  Hybrid DNA formation during meiotic recombination. Proc Natl Acad Sci U S A. 1981 Dec;78(12):7648-51.

    Nicolas A, Hamza H, Mekki-Berrada A, Kalogeropoulos A, Rossignol JL. Premeiotic and Meiotic Instability Generates Numerous b2 Mutation Derivatives in Ascobolus.  Genetics. 1987 May;116(1):33-43.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique